Ville d'art et d'histoire de Chambéry

Le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine, lieu de découverte de la ville
Le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine, lieu de découverte de la ville / © service VAH
Le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine, lieu de découverte de la ville
Le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine, lieu de découverte de la ville / © service VAH
Visite guidée de la Sainte-Chapelle
Visite guidée de la Sainte-Chapelle / © service VAH
Création d’outils de médiation pour le jeune public
Création d’outils de médiation pour le jeune public / © service VAH

Dès son origine, le destin de Chambéry est lié à sa position de ville carrefour. Déjà à l’époque gallo-romaine, la « Table de Peutinger » mentionne un vicus appelé Lemencum. Celui-ci se situe sur la voie prétorienne allant de Vienne en Dauphiné, capitale de l’Allobrogie, à Aoste en Italie par le col du Petit Saint-Bernard. Lémenc dépend au 11e siècle de l’abbaye lyonnaise d’Ainay qui y élève un prieuré bénédictin. 

La ville médiévale
Après la période du haut Moyen Age, apparaît le premier noyau urbain au pied de la colline de Montjay. Au 13e siècle, la famille de Savoie acquiert les droits seigneuriaux sur la ville et le fortin appartenant aux sires Berlion. Siège de l’administration comtale et résidence de la Maison de Savoie, Chambéry prend le titre de capitale. La ville médiévale s’étire entre ses deux pôles traditionnels : la colline de Lémenc, centre religieux, et le château, symbole du pouvoir politique. 
En 1371, Amédée VI décide la construction de remparts à l’intérieur desquels s’installent des ordres religieux : dominicains, clarisses... Trois faubourgs (Maché, Montmélian et Reclus) se développent le long des principales voies de communication: routes de Lyon, Turin et Genève. La population ne cesse de se densifier à l’intérieur des remparts et la physionomie de la ville ne change guère jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Cela explique l’installation à partir du 17e siècle, hors les remparts, de couvents (carmélites, visitandines...) en dehors des remparts et de clos nobiliaires. Sur l’emplacement de l’enceinte détruite à la Révolution française, on trace de nouvelles rues: les boulevards, la rue de la République...

Le 19e siècle 
Le 19e siècle est marqué par de grandes réalisations dans l’urbanisme chambérien. La rue de Boigne est percée en 1824 ; le théâtre est réalisé grâce au comte de Boigne ; les casernes d’infanterie et de cavalerie (Curial et Barbot) sont construites. Après le rattachement de la Savoie à la France en 1860, la transformation de la ville en nouvelle préfecture française amène des modifications dans le paysage urbain : construction de l’hôtel de ville, du palais de justice, du musée des Beaux-Arts. 
Au début du 20e siècle, de nouveaux quartiers de ceinture se créent : urbanisation sur les collines de Montjay et de Lémenc, création des quartiers des écoles et des hôpitaux au nord. Le bombardement américain de 1944 détruit environ le quart du tissu médiéval. 

Aujourd'hui, une ville d’art et d’histoire
Après guerre, la population augmente. On construit de nouveaux quartiers à la périphérie de la ville, au Biollay et à Chambéry le Haut. Les réhabilitations opérées dans le secteur sauvegardé se conjuguent avec les aménagements contemporains tels le quartier Curial ou la cité des Arts. 
L’État et la commune mettent en place des règlements pour protéger le patrimoine de la ville. Depuis 1985, Chambéry est ville d’Art et d’Histoire, et met en place des actions pour préserver son patrimoine, et favoriser sa connaissance et sa découverte par tous. En  2010, un Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine est aménagé dans l’hôtel de Cordon, hôtel particulier chambérien ; il est un lieu de ressources sur le patrimoine et accueille touristes et Chambériens.

Des services éducatifs et culturels

Tous les territoires labellisés Ville ou Pays d’art et d’histoire proposent des actions à l’intention du jeune public, tant en groupe scolaire ou de loisirs que dans le cadre familial. Un service éducatif est à la disposition des enseignants, de la maternelle au lycée. 

Visites, ateliers, parcours, outils pédagogiques
Les VPah favorisent une approche sensible des patrimoines qui éveille le regard et rend les enfants acteurs de leur découverte. Ces dispositifs proposent une lecture originale des territoires du point de vue de l’histoire, de l’architecture et de l’urbanisme, hier et aujourd’hui. 

Des médiateurs spécialisés
Conçues et animées par des professionnels agréés, les activités favorisent chez les jeunes une prise de conscience de la dimension historique et collective de leur cadre de vie, et les engage à réfléchir sur son devenir.

Contact

Service ville d’art et d’histoire :
Centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine - Hôtel de Cordon, 
71 rue Saint-Real
73000 Chambéry 

Tél. 04 79 70 15 94

 

Aller sur le site internet Contacter ce lieu
Retrouvez cette ressource dans : “Cartographie des territoires - ”